Les négociations immobilières légèrement plus difficiles

Les négociations immobilières légèrement plus difficiles
4,5 % : c’est, selon le dernier baromètre réalisé par le réseau Orpi (en partenariat avec Le Figaro Immobilier et Explorimmo), l’écart moyen entre le prix affiché et le prix de vente. C’est légèrement moins qu’en avril dernier, lorsque l’écart constaté était de 4,53 %. Décryptage.

Des vendeurs « revenus à la raison »

Les vendeurs semblent avoir conscience de la valeur des biens immobiliers qu’ils proposent. Et, dans le même esprit, les acheteurs paraissent avoir compris que réaliser « de bonnes affaires » en matière de logement ne réside pas uniquement dans le « bon prix » obtenu. C’est ce qu’il ressort de la huitième édition du Baromètre sur les écarts entre le prix de mise en vente d’un bien immobilier et son prix de vente final, publié ce lundi 20 juin par le réseau d’agences immobilières Orpi, en partenariat avec Explorimmo et le Figaro Immobilier.
Ainsi, à la fin du premier semestre 2016, l’écart moyen entre le prix de mise en vente et le prix auquel la transaction s’effectue devant le notaire s’établit, sur le plan national, à -4,50 % en moyenne — un chiffre en très légère baisse par rapport au dernier baromètre, publié en avril. Ainsi, en moyenne, un bien proposé à la vente pour 211 159 euros sera acheté pour 201 665 euros.

Plus de marge pour les grandes surfaces

Encore une fois — et, nous allons le voir, de façon logique —, c’est sur les grandes surfaces que les écarts de prix sont les plus conséquents. Pour les logements de 5 pièces et plus, ils peuvent ainsi atteindre -4,89 %. À l’inverse, les petites surfaces sont celles pour lesquelles le prix affiché est le plus proche du prix juste. Il faut dire qu’elles ont tendance à être surreprésentées, notamment dans les grandes agglomérations !

Des disparités locales

Bien sûr, des disparités locales sont constatées par Orpi, Explorimmo et le Figaro Immobilier — même si « la tendance est globalement à la réduction des écarts de prix ». Ainsi, c’est à Lyon et Paris que les écarts sont le plus raisonnables, puisqu’ils s’établissent respectivement à 2 % et à 2,69 %.
Il faut se tourner vers Nice (5,06 %), Nantes (4,65 %) ou Bordeaux (4,19 %) pour trouver les plus importants écarts entre prix affichés et prix de vente. Une tendance qui est plus qu’un simple passage, puisque c’est traditionnellement dans ces villes que les acheteurs conservent le plus de pouvoir de négociation face aux vendeurs.

2016, « une bonne année »

Le principal enseignement de cette étude périodique réalisée par les experts du groupe Orpi est bien sûr extrêmement positif. « Les ventes ont progressé de 10 % par rapport au 1er semestre 2015, indique ainsi Bernard Cadeau, le président du réseau Orpi. Le stock de logements diminue. Les délais de ventes se stabilisent autour de 100 jours. Sur ce point d’ailleurs, il semble qu’il soit désormais impossible de passer sous cette barre symbolique. Entre la signature du compromis de vente, l’instruction du crédit et le dossier à constituer pour le notaire, on est rarement sous les 100 jours, ce qui à terme pourrait freiner le marché. Certains de nos agents le mesurent déjà sur le terrain. Dans l’ensemble, je pense que 2016, avec ses taux faibles, restera une bonne année pour l’immobilier. »
Et le président du groupe Orpi de distiller ses « bons conseils » pour aider l’immobilier ancien à continuer d’obtenir de bons résultats : « Ce qu’il faudrait pour soutenir l’ancien, c’est [plus de] stabilité sur le plan fiscal et sur le plan réglementaire. Dans le logement, pour mesure l’efficacité d’une mesure et pour qu’elle produise des effets, il faut au moins attendre une dizaine d’années. Je salue cependant la démarche de la nouvelle ministre en place, Emmanuelle Cosse, qui semble très engagée dans la rénovation du parc ancien. »

Vous avez aimé l'article "Les négociations immobilières légèrement plus difficiles" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

Prix immobilierPrix immobilier ancienMarché immobilier