Immobilier neuf : les prix stagnent

Immobilier neuf : les prix stagnent
Le site internet Trouver-un-logement-neuf.com vient de publier une étude portant sur l’évolution des prix de l’immobilier neuf en France. Bilan ? Le prix moyen d’un appartement trois-pièces a stagné durant les six premiers mois de l’année, même si de fortes disparités sont à noter selon les villes. Une bonne nouvelle pour les acquéreurs, puisque les taux n’ont fait, eux, que baisser !

240 000 euros pour un trois-pièces

En France, les prix de l’immobilier neuf sont restés stables depuis le début de l’année 2016. C’est le site Internet Trouver-un-logement-neuf.com qui l’affirme, en s’appuyant sur l’étude des tarifs affichés dans les 150 villes les plus dynamiques en matière de construction neuve. Ainsi, le prix moyen d’un appartement trois-pièces est en ce mois de juin de 240 316 euros. En janvier, il était de 240 061 euros. Ce qui représente une différence de 255 euros (soit +0,1 %). Il ne fallait donc pas acheter pour réaliser une plus-value à court terme !

Les Hauts-de-Seine en grande forme

Comme souvent, cette apparente stabilité cache des différences géographiques notables. Commençons par les villes qui ont vu le prix de leur immobilier neuf s’envoler. La championne est ainsi… Saint-Malo, avec +18 %. Une belle augmentation due principalement à la montée en gamme des opérations commercialisées, avec un prix moyen situé à 227 000 euros pour un trois-pièces, et à la difficulté de construire de nouveaux programmes dans une ville de bord de mer entourée de remparts. Saint-Malo devance Grenoble, qui affiche un joli +14,5 % (233 000 euros pour un T3), et les villes du département des Hauts-de-Seine, qui sont 4 dans le top 20 des plus fortes progressions des prix du neuf : Levallois-Perret (+12 % depuis janvier, en troisième sur le podium), Boulogne-Billancourt (+7.5 %, à 624 555 euros), Issy-les-Moulineaux (+9 %, à 538 016 euros) et Nanterre (+8 %, à 340 760 euros).

D’autres villes font grise mine

Dans d’autres villes en revanche, le prix d’un appartement neuf a plus que chuté. C’est notamment le cas de Cannes, où les tarifs ont fondu de -19 % en l’espace de 6 mois (prix moyen d’un trois-pièces : 482 800 euros tout de même). C’est l’importante baisse des prix d’un programme neuf particulier (le 7 croisette), de 1,7 million d’euros le trois-pièces à 1,3 million d’euros, qui explique cette chute des prix. Pas d’inquiétude à avoir cependant : la ville reste dans le top 5 des villes les plus chères de l’Hexagone !
Parmi les villes qui ont vu les tarifs moyens d’un T3 baisser, citons également :
- Chambéry (73) : -15 %, tarif moyen de 211 000 euros ;
- Cormeilles-en-Parisis (95) : -11,5 %, tarif moyen de 223 700 euros ;
- Marcq-en-Baroeul (59) : -11 %, tarif moyen de 279 600 euros ;
- Rillieux-la-Pape (69) : -8,5 %, tarif moyen de 179 100 euros ;
- Bonneville (74) : -8,5 %, tarif moyen de 173 800 euros ;
- Vannes (56) : -8 %, tarif moyen de 188 100 euros ;
- Bezons (95) : -8 %, tarif moyen de 221 600 euros ;
- Bordeaux (33) : -7,5 %, tarif moyen de 245 700 euros ;
- Auray (56) : -7,5 %, tarif moyen de 182 200 euros.

Avec les taux qui ont baissé sur la même période, les acheteurs ont su profiter de la stagnation des prix de l’immobilier neuf. Au premier trimestre, les ventes ont ainsi augmenté de plus de 15 % en un an, grâce notamment aux ménages accédant à la propriété pour la première fois, grâce au nouveau Prêt à taux zéro (PTZ).

Vous avez aimé l'article "Immobilier neuf : les prix stagnent" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

Prix immobilierPrix immobilier Neuf