Le marché de l'immobilier neuf début 2015

Le marché de l'immobilier neuf début 2015
Le marché de l’immobilier neuf continue sa hausse de constructions enregistrées à la fin de l’année dernière, particulièrement grâce au dispositif Pinel. C’est ce que conclut le dernier rapport de la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers), sur le bilan des ventes du premier trimestre. L’investissement locatif draine de nouvelles réservations, tandis que les accédants à la propriété désertent les programmes neufs.  

Les ventes d’immobilier neuf progressent en ce début 2015

De janvier à mars, les promoteurs ont vendu 21 240 logements neufs, une augmentation de 20 % par rapport au premier trimestre 2014. La part représentant les habitations sociales en TVA réduite ne représente que 6 % du total, mais se trouve elle aussi en progression, à +23,2 %. En ce début d’année les accédants à la propriété restent les principaux acheteurs, avec 10 766 unités. Mais ils se font de plus en plus rares, leur réservation ont perdu -3,3 % par rapport à au dernier trimestre 2014. Les bons résultats sont en apparence du côté des investisseurs, qui ont été 59,4 % plus nombreux de janvier à mars 2015, par rapport à la même période l’année précédente. Ils sont responsables de 10 474 ventes de logements neufs, et les promoteurs y voient l’effet bénéfique de la loi Pinel. Les premiers effets de cette nouvelle mesure de défiscalisation progressivement mise en place le 1er septembre 2014 et le 1er janvier 2015, s’étaient déjà fait sentir en fin d’année dernière avec une progression des ventes. Et pourtant les investisseurs sont moins nombreux, au 4e trimestre 2014, les chiffre de constructionindique que logements neufs à investisseurs avaient bondi, passant de 7014 unités au 3e trimestre à 11 703 unités. 3 mois plus tard les résultats sont moins bons, même si globalement les promoteurs gardent le moral.  

En 2015, il faudra construire plus pour relancer le marché de l'immobilier neuf

Les constructeurs de maisons sont unanimes : pour vendre davantage il faut construire, ce qui en plus sera une bonne occasion de faire baisser les prix pour faire revenir les primo accédants. Car derrière des résultats commerciaux encourageants, se cache la réalité de l’offre et la FPI y consacre une bonne partie de son rapport. Aujourd’hui le challenge des promoteurs consiste à trouver du foncier, mais pas à n’importe quel prix. Une fois la perle rare sécurisée, débute alors le chemin de croix pour passer toutes les étapes administratives. Au final l’offre de logements neufs a diminué de -26,8 % par rapport à 2011. La bonne nouvelle toutefois est un inversement de la tendance sur 1 an, avec une augmentation de 6,5 % des mises en vente. Pour l’instant 20 969 nouvelles unités viennent d’être ajouté au catalogue des promoteurs. De janvier à mars, 9430 logements neufs ont été livré, 37 662 sont en chantier et 37 588 sont en projet. La bonne nouvelle vient du côté des livraisons qui augmentent de 45 %, cependant l’offre commerciale se limite aujourd’hui à 89 437 habitations. Une goutte d’eau par rapport aux 700 000 transactions immobilières enregistrées l’année dernière par les notaires.

L’immobilier neuf ne séduit plus les primo accédants

Si les ventes à l’accession représentent toujours plus de la moitié du volume, les futurs propriétaires occupants désertent le marché de l'immobilier neuf début 2015. Au premier trimestre les ventes à leur encontre ont diminué de -3,3 %, par rapport à la même période en 2014, et les promoteurs pointent du doigt les aides au logement.Changeant leurs habitudes, ils consacrent une partie de leur étude aux dépenses de l’?tat. D’après les données collectées, sur les 40,8 milliards d’euros dépensés par l’?tat en 2013, seuls 920 millions d’euros ont été consacrés à aider les jeunes ménages à acheter une résidence principale neuve. Un sujet qui devrait revenir sur la table au cours des prochains mois, notamment lors des discussions sur le projet de révision d’APL dans le budget 2016.  

Les prix de l’immobilier neuf diminuent légèrement

D’après les relevés des promoteurs, il faut compter 4661 €/m² pour acheter un T3 neuf en ?le-de-France, et 3636 €/m² en province. On observe ainsi une légère diminution de -0,2 % en région parisienne, mais une augmentation de +0,7 % en province, pour terminer sur une moyenne en baisse de -0,6 % sur la France entière. Il reste que de nombreux écarts se creusent au travers de l’Hexagone. Alors qu’à Montpellier le m² neuf a augmenté de +7,6 % s’établissant à 3903 €/m², à Caen il a perdu 14,5 % pour atterrir à 2692 €/m².

Vous avez aimé l'article "Le marché de l'immobilier neuf début 2015" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

ConstructionChiffres constructionHausse