Crédit immobilier : l'appli Facebook qui fait peur

Crédit immobilier : l'appli Facebook qui fait peur
Et si votre banque était capable de déterminer les profils d’emprunteurs de vos amis Facebook ? Et si elle se servait de cette analyse pour vous accorder ou vous refuser un prêt immobilier? Désormais ce n’est plus de la science-fiction, le géant des réseaux sociaux a même déposé un brevet. Pour bien emprunter faudra-t-il compter désormais sur facebook.

Délivrer un crédit immobilier en analysant les amis Facebook

C’est officiel, Facebook vient de déposer un brevet consultable sur le site du gouvernement américain. Ce brevet consiste en une application permettant à une banque ou une société de crédit de déterminer le profil d’emprunteur d’un particulier, en se basant sur le comportement bancaire des personnes membres de son réseau social. La totalité du descriptif dudit brevet fait au moins 10 pages, sur l’une desquelles on peut lire clairement : « quand un individuel demande un prêt, le prêteur examine le score de crédit des membres de son réseau social, connectés à lui à travers un réseau autorisé ». Ainsi, via cette appli facebook le prêteur potentiel disposera d’une interface lui permettant d’évaluer le sérieux bancaire de tous les amis Facebook du demandeur. On n’ose pas imaginer les conséquences pour les utilisateurs disposant d’un bon millier « d’amis ». Car le texte du brevet enchaîne : « si la moyenne du score de crédit moyen des membres correspond au score minimum, le prêteur continue pour procéder à la demande d’empruntimmobilier. Sinon, la demande de crédit immobilierest rejetée ». En clair, un couple pourrait voir son dossier refusé, car ses amis Facebook n’atteignent pas un score suffisamment élevé…  

L'appli Facebook sur le prêt immobilier difficile à mettre en place dans la réalité

Alors que la blogosphère s’indigne unanimement, beaucoup de journalistes restent très dubitatifs. La première question qui se pose est celle de la discrimination. Aux ?tats-Unis on ne peut pas choisir d’accorder un financement en fonction de l’âge, du sexe, de la couleur de peau, de la religion ou de toute autre information personnelle. Banques et sociétés de crédit sont censées ne se baser que sur des données financières comme les revenus, les charges, le taux d’endettement, etc. D’autant plus qu’une zone d’ombre persiste quant à l’information recherchée par l’application. Le texte en anglais parle de «credit rating », que l’on peut effectivement traduire par « score de crédit ». Mais comment l’application Facebook peut-elle avoir accès au score en question ? Est-il possible de juger de la capacité de remboursement d’un individu, uniquement avec les messages qu’il poste sur son compte social ? La réponse est clairement non, on ne peut pas établir le profil d’emprunteur d’une personne sans disposer de ses propres informations financières. ? partir de la on peut en déduire que le score en question sera basé sur un algorithme de comportement, justement en fonction des messages postés. Et encore, on voit difficilement comment une application pourrait comprendre le contenu d’une image ou d’une vidéo…Et pourtant certaines start-ups ont déjà franchi le pas.

Obtenir un crédit immobilier grâce à une étude comportementale Facebook ?

Dans la très prolifique Silicon Valley de San Francisco, les créateurs de la société Earnest sont en train de mettre au point un logiciel, permettant de déterminer les capacités d’emprunt d’un individu, en se basant sur des informations générales. Habitude d’achat en tant que consommateur, utilisation des réseaux sociaux, paiement des factures mais également orthographe et grammaire, voici autant de signaux débouchant vers le portrait type du bon emprunteur. Quant à la start-up Affirm, elle est déjà en train d’engranger ses premiers bénéfices, en proposant un mode de paiement alternatif. Et comment s’y prend-elle pour savoir si les clients potentiels sont sérieux ? En leur faisant remplir un questionnaire classique, et en envoyant des robots analyser leurs comportements sur la toile. Il pourrait se passer du temps avant que cette innovation arrive sur les rivages de la bonne vieille Europe. La tendance est plutôt à la protection des données privées et au retour à des valeurs plus humaines, plutôt qu’à l’utilisation d’algorithmes aussi aveugles qu’incompréhensibles. Terminons avec cette invention apparemment déjà en open source, qui  selon fr.tech.yahoo donne la possibilité à un webmaster de n’ouvrir son site Web qu’à des personnes dont le code génétique répond à certains critères.

Vous avez aimé l'article "Crédit immobilier : l'appli Facebook qui fait peur" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


Credit immobilierEmprunterBien emprunter