Mobilisation en Corse pour obtenir un statut fiscal dérogatoire

Mobilisation en Corse pour obtenir un statut fiscal dérogatoire
L’appel à manifester fait par le collectif « Arrêté Miot » en signe de protestation contre la décision gouvernementale de supprimer l’arrêté Miot a rencontré un vif succès le 9 février dernier. Plus de 8 000 citoyens, élus, institutions et organisations professionnelles corses ont répondu à l’appel. Les manifestants ont défilé dans les rues de Bastia derrière une seule banderole « Pour un statut fiscal dérogatoire en Corse ».


Une manifestation exemplaire

Suite à la suppression en décembre 2012 de l’arrêté Miot qui permettait aux Corses de bénéficier d’une exonération d’impôt sur la transmission de patrimoine suite à un décès, le collectif de la société civile « Arrêté miot » ainsi que les élus de l’île ont décidé de poursuivre les mobilisations. Le succès fut au rendez-vous. En effet, l’appel à manifester dans la rue fait par le collectif a réussi à rassembler plus de 8 000 personnes. Des citoyens, des élus, des associations, des organisations professionnelles et des institutions sont venus protester. Une foule digne et exemplaire réunie derrière une seule banderole « Pour un statut fiscal dérogatoire en Corse », a défilé dans le calme dans les rues de Bastia pour arriver sur la Place d’Armes. Tous partagent la même inquiétude face à la suppression de l’un des avantages fiscaux dont ils jouissaient.


Les Corses ne cherchent pas à échapper à l’impôt, mais à préserver leur patrimoine

Le but de cette mobilisation est d’envoyer un signal fort à l’?tat, notamment sur le sentiment d’unité de la Corse en faisant fi de ses tendances politiques. Les corses souhaitent mettre en évidence les éventuelles conséquences de la suppression de l’arrêté Miot. ? cet effet, les propriétaires corses tireront plus profit en vendant leurs biens immobiliers pour payer les droits de succession que de les hériter légalement. Ce qui déclencherait un important processus de dépossession. D’ici quelques années, les Corses ne seront effectivement plus propriétaires de leurs terres. Ainsi, selon Edmond Simeoni, l’une des figures historiques de l’île, il ne s’agit pas pour les Corses de chercher à échapper à l’impôt, mais plutôt de préserver leur patrimoine et mettre fin à un désordre juridique qui a depuis toujours handicapé l’île.


Une manifestation qui a vu la participation de nombreux élus

Le 9 février dernier, les rues de Bastia ont été envahies par une foule réclamant le maintien de son statut fiscal. Tous ont défilé derrière la banderole historique de 1992. En effet, celle-ci avait déjà été utilisée il y a 21 ans pour la même cause. Conservée par une famille de militants, la vieille banderole a été ressortie pour appuyer la manifestation et lui donner une valeur symbolique. De nombreuses têtes politiques ont été vues ce jour-là à l’instar de Laurent Marcangeli, Jean-Christophe Angelini, Jean-Jacques Panunzi, Simon Renucci, Jean-Guy Talamoni et bien d’autres encore. Tous ont bravé le mauvais temps pour marquer leur solidarité face à la décision de l’?tat.

Vous avez aimé l'article "Mobilisation en Corse pour obtenir un statut fiscal dérogatoire" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

ImmobilierFiscalitéLa fiscalité liée aux transactions en immobilier