Les crédits sont de plus en plus difficiles d'accès

Les crédits sont de plus en plus difficiles d'accès
Certes ces derniers mois, le taux des crédits proposés par les organismes crédits immobiliers tendent à se stabiliser voire à baisser, mais l'octroi par contre se raréfie. Les établissements créanciers à l'instar notamment des banques imposent en effet des critères de sélection de dossiers très stricts. Le durcissement des conditions d'octroi concerne l'apport personnel exigé, la durée des crédits ainsi que le taux d'endettement maximal.

Un apport personnel conséquent obligatoire

La tendance du marché à la baisse des crédits immobiliers constatée depuis le début de l'année 2012 ne peut être qu'encourageante. Pourtant, dans la réalité, l'emprunteur se heurte à des difficultés en l'occurrence de nature financière. Il s'agit de l'apport personnel exigé par les établissements bancaires, celui-ci est désormais obligatoire. Il n'est plus envisageable de régler tous les financements nécessaires par l'emprunt, à savoir entre autres, les frais à payer pour les services d'un notaire. Les créanciers dorénavant accordent une attention particulière aux revenus du demandeur de crédits. Pour bénéficier d'un octroi, il faut assurer une stabilité professionnelle garantissant dans la foulée une capacité d'épargne sur le long terme. Les banques sont particulièrement clémentes à l'égard des clients aux revenus confortables. Les taux les plus bas leur sont attribués avoisinant les 3,80 %, dans la capitale un revenu mensuel de plus de 8.000 euros est susceptible d'en être bénéficiaire. Dans le cas d'un salarié en province par contre, pour jouir de ces taux avantageux, il doit gagner plus de 5.000 euros par mois.

La cherté des crédits sur le long terme (15 ans, 20 ans, 25 ans ou 30 ans)

Durant les dix dernières années, un rallongement régulier de la moyenne de la durée des crédits a été observé. Désormais les donnes ont changé. Les crédits sur le long terme deviennent de plus en plus rares à cause des taux de plus en plus élevés. Les durées de crédits de 15/20 ans sont les plus appréciées par les emprunteurs français. Désormais l'octroi de ces emprunts est peu nombreux, des taux élevés à 4,20 % sur 20 ans et pas moins de 4 % sur 15 ans hors assurance. En ce qui concerne l'accord des crédits s'étalant sur 25 ans et 30 ans, ils se font encore plus rares avec des taux exigés exorbitants. L'obtention d'un crédit sur 25 ans est dorénavant accompagnée d'un taux de 4,25 %, par contre sur 30 ans le taux est fixé à partir de 4,60 %
hors assurance. En bref, l'accord des crédits sur le long terme est rare, il n'est évidemment pas à la portée de monsieur tout le monde.

Un taux d'endettement maximal fixé à 33 %

Les structures créancières à l'image de la banque deviennent très sélectives, elles n'accordent plus aussi aisément des crédits immobiliers. Certes, une stabilité suivie d'une baisse des taux actuels est réelle, mais on constate un durcissement des conditions imposées des capacités financières convaincantes et la rareté des accords de crédits sur le long terme. Les banques sont également catégoriques au sujet du taux d'endettement maximal. L'emprunteur ne doit pas dépasser le seuil du taux d'endettement maximal imposé. Auparavant, les prêteurs étaient beaucoup plus souples, ils ne tenaient pas rigueur des taux d'endettement de 36 ou 37 % de certains dossiers. Mais cette époque est révolue, à partir de maintenant, les 33 % seront
rigoureusement appliqués. Les dossiers de demande de prêt présentant antérieurement un non – respect de payement de dettes auront des difficultés à être sélectionné.

Vous avez aimé l'article "Les crédits sont de plus en plus difficiles d'accès" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


Credit immobilierOrganismes créditTendances marché crédit Les conditions d'octroi du crédit immobilier