Assurance habitation : les conseils, les démarches à faire, la législation

Assurance habitation : les conseils, les démarches à faire, la législation
Lorsque l’on est locataire ou propriétaire occupant, souscrire une assurance habitation est obligatoire, pour la prise en charge des indemnisations en cas de sinistre ou de cambriolage. Ce qui n’est pas le cas d’un bailleur.

Pourquoi souscrire à une assurance habitation ?

Il est vivement recommandé pour un locataire dans le cadre de l'entretien de son logement, de disposer une assurance habitation, autrement la signature du bail n’est pas possible. En effet, même avec une garantie minimale, une assurance servira entre autres à payer les travaux nécessaires causés par un sinistre ou des accidents domestiques. Pour une souscription d’une assurance habitation, l’intéressé peut s’adresser à un agent général d'assurances, un courtier, une banque ou encore une compagnie d'assurances. Dans le cadre d’un contrat d’assurance habitation, le type de contrat usuel est le contrat MRH ou « multirisque habitation ». C’est une assurance habitation qui couvre à la fois les lieux d’habitation de l’assuré, mais également aussi les annexes. Plus précisément, l’assurance établit différents types de garanties pouvant être associées aux locaux, à leur contenu ainsi qu’à la responsabilité civile de ses occupants. Par ailleurs, c’est à l’assuré de préciser le ou les types de garanties qu’il souhaite intégrer dans son assurance habitation. Parmi les types de garanties proposés dans une assurance multirisques habitation sont : les dégâts des eaux, les catastrophes naturelles, l’incendie, les catastrophes technologiques, les attentats et actes de terrorisme, le cambriolage avec effraction, le vol et le vandalisme, les dommages électriques le contenu du réfrigérateur, les bijoux, etc. Au moment de rédiger le contrat d’assurance habitation, l’assuré doit impérativement fournir des renseignements exacts et précis à l’assureur. En cas d’informations mensongères, le contrat sera immédiatement annulé et aucune clause du contrat ne sera plus applicable ni valable. L’assureur quant à lui, gardera toutefois la totalité de la cotisation versée ultérieurement. 

En cas de modification ou de résiliation de contrat d'assurance habitation

Il est parfaitement possible d’apporter des modifications au contrat d’assurance habitation ou bien le résilier. La durée de validité d’un contrat d’assurance habitation dans la majorité des cas est de un an renouvelable. Un renouvellement qui tacitement s’opère à l’échéance anniversaire dudit contrat. ? la moindre modification de la situation de l’assuré, ce dernier doit la signaler auprès de son assureur, car cela est susceptible de modifier les risques garantis et affecter ainsi les garanties de l’assurance habitation. ?ventuellement il pourra s’agir d’un cas de changement de logement, de situation professionnelle comme un départ en retraite par exemple. Quoi qu’il en soit, il est recommandé en cas changement de situation même minime soit-elle d’en porter connaissance à l’assureur, par l’intermédiaire lettre recommandée avec accusé de réception de préférence. Pour cause, le degré du risque encouru pourra en effet être insensiblement modifié soit en s’aggravant ou en s’amoindrissant, selon les cas de chaque assuré. Sinon, en ce qui concerne la résiliation du contrat d’assurance habitation, celui-ci peut être à l’initiative de l’assuré ou de l’assureur, mais avec des motifs valables. Par contre, l’assureur peut résilier le contrat au moment de son renouvellement, sans qu’il ait besoin de donner à la compagnie d’assurance des explications.




 




Vous avez aimé l'article "Assurance habitation : les conseils, les démarches à faire, la législation" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

LogementEntretien logementAssurance habitationAssurance habitation multirisque