Loi Alur : la position de Bernard Cadeau, président d'Orpi

Loi Alur : la position de Bernard Cadeau, président d'Orpi
Le président du réseau immobilier Orpi, Bernard Cadeau, explique sa colère contre la loi Alur en trois points. Tribune.

D’une manière générale, ce qui me met en colère, et ce qui nous met en colère chez Orpi, c’est que cette loi Alur est d’abord et avant tout marquée de postures idéologiques. Elle oublie la réalité économique et celle du terrain. Il y a tout de même des choses positives dans la loi. Pardon de le dire mais c’est nous qui les avons inspirées, telle que la formation obligatoire. Mais il y a trois choses qui fâchent dans la loi : la garantie universelle des loyers, l’encadrement des loyers et les honoraires de location.

La garantie universelle des loyers

Concernant la garantie universelle des loyers, il n’y a pas qu’ORPI qui le dit, mais également des députés de la majorité, notamment M. Caresche. On va créer une nouvelle administration, avec une agence nationale pour l’assurance loyer. On va transformer l’Etat en assureur et on va creuser des déficits à coup sûr. On emploie souvent le terme de sécurité sociale du logement. Si cela aboutit au même trou que la sécurité sociale ce n’est pas une belle perspective. On sait que le risque est minoré pour des raisons là encore idéologiques. Les assureurs qui sont le mieux à même de calculer les primes et les risques disent que cela coûtera trois à quatre fois plus que les chiffres annoncés. C’est une mesure unilatérale et on ne respecte pas le libre choix du client. L’Etat va être garant de je ne sais quoi. On aurait très bien pu imaginer une garantie d’assurance privée un peu comme l’automobile avec obligation de s’assurer sur un tronc commun, mais avec le libre choix de l’assureur. S’il y a une telle urgence à créer le système, pourquoi le repousse-t-on au 1er janvier 2016. Il y a certainement des raisons à ce report.

L’encadrement des loyers

Le second motif fort de mécontentement, c’est l’encadrement des loyers et le plafonnement. Cette histoire de loyer médian vient d’un tropisme parisien car les loyers y sont chers, on pense donc que c’est le cas pour tous les loyers de France. Dans les zones tendues, le loyer médian va conduire à ce que les loyers des plus modestes vont augmenter et les loyers des plus riches diminuer. Chez Orpi, nous avons fait des calculs qui l’attestent. On a des loyers qui sont en deçà du loyer médian, donc pourquoi ne pas s’aligner sur la base de celui-ci… Au bout du compte, ce n’est pas l’intérêt du locataire qui est préservé. Au travers de cet encadrement, on stigmatise les bailleurs privés. C’est comme si l’on était dans un monde manichéen où il y aurait d’un côté les gentils et pauvres locataires exploités et de l’autre les méchants bailleurs exploiteurs. La réalité est beaucoup plus complexe. La moitié des bailleurs sont propriétaires d’un logement seulement. Ce ne sont pas des spéculateurs. Ils ont investi pour se prémunir et avoir des revenus complémentaires à l’âge de la retraite. On est donc dans une logique complètement différente que ce que l’on voudrait bien nous faire entendre. Au passage, en stigmatisant une population contre une autre on ne crée pas de paix sociale. C’est un comble, car le logement est le premier poste de dépense des Français et l’un des sujets premiers de préoccupation. Ce n’est pas la peine de réinventer la lutte des classes. S’il n’y a plus de rentabilité dans l’investissement immobilier, il n’y aura plus d’investisseurs. Auquel cas il y aura encore moins de logements et encore plus de pression sur les prix. Il y a une seule méthode pour que les prix baissent durablement, c’est de construire et de rénover beaucoup de logements. Tout le monde est d’accord sur les chiffres : il manque 1 million de logements au minimum en France. Tant que l’on n’aura pas résorbé ce déficit il y aura une pression sur les prix et ce n’est pas une loi qui changera les choses. Les candidats vont se détourner de l’investissement dans l’immobilier et iront voir ailleurs. Quand on fait bien les calculs, une assurance vie rapporte autant qu’un appartement sans prendre de risque financier. Est-ce que c’est ce que l’on veut ? Il y a 6,5 millions de logements privés pour 4,5 millions de logements dans le domaine social. Si on enlève ne serait-ce que 10 % du parc privé cela fait 650 000 logements qui disparaissent.

Les honoraires de location

Les honoraires de location ne seront plus facturables par moitié au locataire et au propriétaire. Il faudra m’expliquer comment une agence immobilière, qui est une entreprise, peut donner un service de qualité à son client locataire sans recevoir en contrepartie des honoraires. L’acte de location est complexe et long pour un professionnel de l'immobilier. Il faut trouver les biens à louer, vérifier qu’ils appartiennent bien au propriétaire, qu’ils sont dans les normes. Il faut faire des visites et des états des lieux. Tout cela a un coût dans une entreprise. Si demain les agents immobiliers ne peuvent plus facturer à leur client l’équivalent de leur prestation, cela veut dire que l’on est dans un système à deux vitesses. Un jour ou l’autre, le bailleur en aura assez d’être ponctionné et se détournera de l’immobilier. Et on reviendra dans ce cercle vicieux où les locataires ne pourront plus avoir le bon service, ils n’auront pas suffisamment de logements et seront face à des loyers très élevés. On marche sur la tête. Tout le monde est d’accord pour dire que les prix sont trop élevés, que cela soit à la location ou à la vente. Ce n’est pas l’intérêt des locataires qu’on va servir, c’est une pénurie de logements annoncée. Si ce sont les choix du gouvernement, il faut qu’il le dise aux Français.

Vous avez aimé l'article "Loi Alur : la position de Bernard Cadeau, président d'Orpi " ? Partagez le.

Les réactions

user lesclesdumidi
Par Gastaldy - le 21 octobre 2013 - 20:25:12
Mais rappelez vous, il y a quelques mois, ceux qui nous gouvernent ont publié leur patrimoine; à part Fabius et un autre dont j'ai oublié le nom sont tous locataires, avec pratiquement aucun placement financier ( pas de patrimoine afin de préparer sa retraite ) , tout juste un petit canoë kayak pour l'une et une vieille twingo pour l'autre ! Quoi de plus naturel donc que de prôner le dogmatisme socialiste de base: l'état vous aidera si vous n'en avez pas les mouyens ! Pourquoi donc faire des sacrifices afin d'acheter son logement ! Soyons tous locataires, quelle vision simpliste du monde réel ! Ont ils pris des cours d'économie ?
user lesclesdumidi
Par Fred - le 20 octobre 2013 - 15:59:54
Merci pour message de bon sens. Le gouvernement doit arreter son bricolage ridicule qui va ruiner le pays et aller dans le sens opposé a la resolution du probleme de logement. Je me suis endetté sur 20 ans , en investissant sur le locatif et en faisant des travaux a les frais pour creer un logement propre et auxnormes pour que je puisse avoir peut etre une retraite decente et payer les etudes de les enfants et le gouvernement change les les lois toutes les 5min et va le faire payer plus d'impots et taxes que je ne peux en payer... resultat :je vais me poser la question de revendre et arreter de croire que l'on peut devenir entrepreneur dans ce pays. Je fais le constat deplorable qu'en france il faut etre locataire, gagner le moins possible pour toucher un maximum d'aide et avoir droit aux logements sociaux et bourses pour s'en sortir et meme ... etre plus riche que des travailleurs et entrepreneurs qui se levent tot et prennent des risques... !!!???
Raz le bol.
A coté de ça les arnaques a la secu, aux assedics et l'argent facile de la drogue explosent mais on ne veut/eut pas en parler, et c'est plus facile de tapper sur les gens honnetes et visibles qui paient des impots...
Ou allons nous ?
Vers un pays d'assistés (payé par qui ?) , dans un mur ?
Les deux je pense et personne ne crie et descend dans la rue(peut etre parce qu'on bosse pour payer nos impots et qu'on a pas le temps ou cette mentalité)
Il faut ARRETER rapidement ou ça va trés mal finir...
user lesclesdumidi
Par LoiAlur - le 19 octobre 2013 - 15:15:09
@LoiALUR sur twitter
user lesclesdumidi
Par LoiAlur - le 19 octobre 2013 - 15:11:44
L'exposé du président d'Orpi est des plus clairs... combien de collaborateurs au chômage en janvier ?

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


ImmobilierProfessionnels immobilierAgences immobilièresOrpiPrésident