Vivre dans une zone sauvegardée et protégée

Vivre dans une zone sauvegardée et protégée
Vivre dans une zone sauvegardée implique certaines contraintes. En effet, les propriétaires ne sont pas libres de faire des agencements extérieurs à leur guise. Cependant, vivre dans une zones protégée ne présente pas que des inconvénients, les habitants bénéficient également de quelques avantages non négligeables notamment par rapport à l'impôt.

Une zone sauvegardée pour préserver la richesse culturelle d'un secteur

La France compte de nombreuses zones sauvegardées. Il est à savoir qu'en France, on a recensé pas moins de 97 zones protégées en 2006. En fait, il s'agit tout simplement d'un quartier ou d'une zone qui, de par son histoire et de sa richesse culturelle présente des intérêts particuliers. Ces zones sont bien délimitées par un arrêté préfectoral. Afin de préserver ces secteurs, ceux qui ont décidé de vivre dans ces zones protégées sont tenus de respecter la loi Malraux de 1962. Cette dernière a pour objectif de sauvegarder par exemple l'aspect général du secteur concerné pour que celui-ci garde toute son authenticité. Cela peut aussi bien concerner les toitures, les façades ou encore les cours. Ainsi, les propriétaires ne pourront pas rénover leur bien à leur guise, mais doivent se conformer à la loi. Toutefois, grâce à cette dernière, les propriétaires pourront tout de même faire des restaurations de leurs maisons, afin que celles-ci soient vivables et plus modernes pour les occupants.

Vivre dans une zone protégée, des inconvénients et des avantages

Vivre dans une zone protégée peut présenter des inconvénients. En effet, il n'est pas toujours facile de se conformer à la loi Malraux notamment pour ceux qui aimeraient complètement changer le style de maison. Et dans le cas où les habitants souhaitent effectuer des travaux, ils sont contraints à suivre plusieurs procédures afin d'obtenir une autorisation. Cependant, vivre dans ce type de quartier ne présente pas non plus que des inconvénients. Effectivement, grâce à la même loi Malraux, les propriétaires des maisons se trouvant dans ces zones bénéficient d'une déduction du déficit foncier dans le cas où ces derniers ont effectué une rénovation complète de leur logement. Cet avantage a pour objectif de rendre la restauration des biens plus accessible pour les propriétaires. Il est à noter que chaque zone protégée peut avoir ses caractères spécifiques.

Vivre dans une zone sauvegardée, ce qu'il faut retenir

Comme on peut le constater, il n'est pas toujours évident de vivre dans une zone protégée, notamment lorsqu'on envisage d'effectuer des travaux de rénovation. Effectivement, jusqu'en 2009, tout projet de rénovation devait passer et être approuvé par l'ABF (architectes des Bâtiments de France). Ce dernier fournissait alors le PSMV ou plan de sauvegarde de mise en valeur. Cette démarche n'a pas toujours arrangé les propriétaires de ces zones ainsi en 2010, des changements de procédure ont été effectués. Désormais, lorsque le propriétaire souhaite faire des travaux, qu'il s'agisse de rénovation ou de transformation de l'établissement, il faut l'accord de l'aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine. Grâce à cette modification, il est largement plus facile d'obtenir une autorisation de construire. Si vous comptez faire des travaux prochainement, rendez-vous à l'espace urbanisme de votre commune qui saura vous apprendre davantage sur les normes en vigueur.

Vous avez aimé l'article "Vivre dans une zone sauvegardée et protégée" ? Partagez le.

Les réactions

user lesclesdumidi
Par conchi - le 09 juin 2012 - 11:09:23
Une construction doit avoir lieu dans ma rue secteur sauvegardé. connaissez-vous l'arrêté préfectoral concernant les limites où des maisons sont en zone sauvegardée Merci pour la réponse

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


LogementEntretien logementRénovationTravaux de rénovation de son logement