Fin de la trêve hivernale

Fin de la trêve hivernale
L’Association Droit au Logement ou DAL était descendue dans la rue lundi dernier pour demander l’arrêt des expulsions et la réquisition des logements vacants. Près de 200 personnes, selon la police, ont participé à la manifestation et ont crié « stop aux expulsions » à Paris.



Une manifestation contre les expulsions


La trêve hivernale sur les expulsions locatives a pris fin le 31 mars dernier, si celle-ci devait déjà se terminer mi-mars. L’association Droit au Logement n’a pas perdu de temps pour réagir, et ce lundi dernier, l’organisme a fait une manifestation à Paris, devant le siège du PS, rue de Solférino. Une manifestation qui a réussi à rassembler près de 300 personnes, selon les organisateurs. Ces dernières ont réclamé la fin des expulsions, ont crié au scandale pour ce qui est de l'immobilier bien trop cher et ont demandé à la construction de plus de HLM. Par ailleurs, les manifestants demandaient également la réquisition des logements vacants. Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parole de l’association a demandé haut et fort à l’application des lois ainsi qu’à l’adoption des arrêts anti-expulsions. Pour Jean-Baptiste Eyraud, il faut tout simplement arrêter les expulsions tant qu’il n’y a pas de relogement. Le Collectif des associations unies demande également que les locataires de bonne foi qui se trouvent dans une situation difficile, bénéficient d’un moratoire sur les expulsions locatives en 2013.


La sécurité sociale du logement indispensable



Face à cette crise, la ministre du Logement veut proposer un dispositif qui permettrait de limiter les expulsions. Cette disposition reprend le même principe que la Sécu,  car il s’agit d’une sorte de sécurité sociale sur le logement ayant pour objectif de protéger le locataire, afin qu’il puisse garder son logement, même en situation difficile. De son côté, le bailleur a l’assurance d’éviter les impayés. En effet, rappelons qu’en 2011, la police a expulsé près de 13 000 ménages de leur logement. Le non-paiement des loyers était surtout à l’origine de ces expulsions. Ainsi, sur 155 000 procédures judiciaires demandant l’expulsion des locataires, 145 000 étaient dues aux impayés. En fait, les revenus de plusieurs ménages auraient baissé, ne leur permettant plus assurer le paiement des loyers selon une étude de l’Anil. Une fois expulsées, nombreuses familles étaient contraintes d’habiter dans des hôtels ou dans des foyers lorsqu’elles n’ont pas d’amis ou des proches pour les héberger. 



Une mesure en pleine préparation



La ministre du Logement Cécile Duflot a eu l’accord du Premier ministre et du président de la République sur l’adoption de cette mesure. Le Premier ministre l’avait confirmé au mois de décembre, lors de la conférence nationale contre la pauvreté. Il parlait alors d’une garantie universelle des risques locatifs que le gouvernement va mettre en place. François Hollande quant à lui a également évoqué le sujet lorsqu’il a présenté ses vœux le 23 janvier dernier et confirmait qu’un texte est bien en cours d’étude. Toutefois, Cécile Duflot doit encore travailler pour finaliser le texte. Déjà, il faudra penser au financement pour la mise en œuvre de la loi. Pour cela, elle devra convaincre Bercy qui parait-il n’est pas très chaud pour la mise en place du dispositif, selon un proche de la ministre.


Vous avez aimé l'article "Fin de la trêve hivernale" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.

ImmobilierTransaction immobiliereLocation immobiliereLoyersLoyers impayés