Investir intelligemment dans l?immobilier locatif

Investir intelligemment dans l?immobilier locatif
Le succès d'un investissement locatif n'est pas le fruit d'un hasard. Pour le réussir, il faut être méthodique et suivre les démarches nécessaires. L'affaire Apollonia doit rendre les futurs investisseurs à redoubler de prudence.

Procéder à une évaluation correcte de bien à acheter et opter pour la formule de crédit appropriée

Si l'on fait abstraction d'un expert immobilier dont les honoraires coûtent environ 1 250 €, il faut bien s'y prendre soi-même pour l'évaluation du bien à acheter. Effectuer une estimation de la valeur marchande avant de conclure une vente est capitale. Pour ce faire, d'abord vérifier que le bien est adéquat au titre de propriété au niveau de la superficie, des espaces habitables, du couloir, etc. Ensuite, veiller à s'assurer que le bien est conforme à son utilisation selon le règlement de copropriété puis repérer les différents postes de charges les plus importants comme le ravalement, la toiture, etc. Enfin, pour estimer le juste prix du bien à acheter, il est recommandé de s'adonner à une comparaison des prix avec d'autres biens analogues limitrophes puis prendre en compte les prix des notaires. Pour la meilleure formule de crédit à adopter, bien étudier les différentes formules notamment au niveau du taux accordé, de la durée du prêt ainsi que du montant de l'assurance. En principe, les banques spécialisées en immobilier accordent le même taux pour le crédit octroyé à un investissement locatif et à l'achat d'une résidence principale. Quant aux banques de dépôt classiques, le taux est similaire dans les deux cas, s'il existe une relation bancaire globale. Quant à la durée de prêt, un investisseur locatif a droit au maximum à une quinzaine d'années. Pour le compte de l'assurance, en revanche, l'emprunteur pour un investissement locatif contrairement à celui pour la résidence principale, n'est pas obligé de payer la couverture du risque décès-invalidité-arrêt de travail, donc cela lui revient moins cher.

Bien choisir son locataire et adopter l'attitude correspondant au bailleur consciencieux et professionnel

Le choix d'un locataire n'est pas une tâche facile, apriori le loueur désire trouver la perle rare c'est-à-dire : un locataire réglo et qui ne dégrade pas l'habitat. Pour s'assurer que le futur locataire sera un bon payeur, le bailleur est tenté de réclamer des justificatifs divers et variés. Il faut par contre savoir qu'exiger certains documents comme une copie de relevé de compte bancaire ou postal, un chèque de réservation de logement, une autorisation de prélèvement automatique, la carte d'assuré social, un contrat de mariage ou un extrait de casier, etc. n'est pas conforme aux lois en vigueur. Pour être fixé sur ce qui est autorisé ou non, concernant notamment le rapport entre bailleur et locataire, il faut consulter la loi datant du juillet 1989 qui régit les différents points s'y rapportant. Ladite loi fait aussi allusion à la question portant sur la durée du contrat de location, le loyer, les charges ainsi que le règlement des éventuels litiges, etc. En ces temps de crise et notamment à cause des prix de l'immobilier actuels, la rentabilité d'un investissement locatif n'est plus ce qu'il était. Mais une réduction de la recette locative pourrait très bien être compensée par une bonne gestion.

Vous avez aimé l'article "Investir intelligemment dans l?immobilier locatif" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


ImmobilierTransaction immobiliereInvestissement immobilierLocation