Crédit immobilier : comment choisir son courtier ?

Crédit immobilier : comment choisir son courtier ?
Quels sont les gages de  professionnalisme d’un courtier en crédit immobilier ? Quels services doit-il fournir ? Conseils pour choisir le meilleur professionnel du courtage pour négocier son emprunt immobilier.

Un crédit immobilier sur trois est souscrit par l'intermédiaire d'un courtier, selon Philippe Taboret, président de l'APIC (Association professionnelle des intermédiaires en crédits). Mais la proportion de clients qui passent par un courtier pour une simple étude est plus élevée : un sur deux. C'est dire l'importance que les emprunteurs immobiliers accordent à une profession devenue aujourd'hui incontournable sur le marché du crédit.

Dans les trois ans à venir, les parts de marché des courtiers en crédit immobilier vont passer à 50 % estime même le président de l'APIC à laquelle adhèrent 130 enseignes majeures, soit 60 % des courtiers en crédit en France. Une percée du métier qui est constatée partout en Europe avec des parts de marché supérieures à 40 % et un taux record de 60 % en Angleterre.

Le courtier en crédit immobilier doit être inscrit à l'ORIAS

Quels sont les détails d'une offre de courtage en crédit sur lesquels il faut être vigilant ? Plusieurs éléments peuvent permettre d'attester le professionnalisme d'un courtier en crédit immobilier, métier particulièrement réglementé. Tout d'abord il doit être inscrit à l'ORIAS (registre des intermédiaires en assurance, banque et finance) qui valide le statut des courtiers, plus précisément appelé IOBSP (intermédiaire en opération de banque et service de prêt).

Si le courtier en crédit immobilier propose en même temps l'assurance emprunteur adossée au crédit immobilier, il faut qu'il soit mandataire d'intermédiaire d’assurance (MIA). Un statut qui doit aussi être inscrit à l'ORIAS.

Le contenu de l’offre du courtier en crédit immobilier

Selon les règles établies par la loi des IOBSP, le courtier en crédit immobilier doit présenter à l'emprunteur trois simulations qui comparent différents produits proposés. Ces diverses propositions pour le plan de financement de l'emprunteur peuvent être par exemple un emprunt immobilier à taux révisable, un crédit sur 15 ans et un autre sur 20 ans. C'est sur cette base que le  client va mandater le professionnel du courtage en crédit.

Les missions confiées au courtier en crédit immobilier doivent apparaître dans le mandat. Celles-ci doivent être en substance la recherche du meilleur crédit pour un financement d'une nature et d'un montant déterminé. Le document doit aussi mentionner la remise des trois simulations. Enfin il doit préciser que l'emprunteur aura à régler des honoraires et frais de dossier seulement à condition qu'il accepte l'offre.

Les honoraires du courtier en crédit immobilier payables à l’acte de vente

Le règlement de la mission de courtage en crédit est par ailleurs un élément aujourd'hui réglementé. Il ne faut rien régler avant d'avoir signé l'acte de vente chez le notaire, un paramètre qui a de quoi rassurer l'emprunteur et que la loi rend obligatoire depuis 2013. S'il arrive qu'un courtier demande un paiement avant de réaliser la signature de la vente immobilière, il faut refuser cette avance des frais. Si la vente est annulée pour une raison ou une autre, le client ne doit pas payer d'indemnités au courtier en crédit immobilier.

La rapidité d'action d'un courtier peut être un élément convaincant : un dossier de crédit simple qui ne présente par de difficultés peut être accepté dans la journée. Les courtiers en crédits immobiliers ont en effet des contacts directs avec les structures de décision des grandes banques, sans avoir à passer par des agences. En moyenne, il faut compter cinq jours ouvrables, toujours pour un dossier facile. Pour un dossier plus complexe, cela peut prendre beaucoup plus de temps.

Coût d'un courtier en crédit immobilier

En moyenne un courtier en crédit immobilier prend des honoraires de 1 % du montant du prêt. En général un courtier ne pratique pas un pourcentage beaucoup plus élevé car les frais sont intégrés au TEG et le taux d'usure ne peut être dépassé. En échange de ses honoraires, le courtier accompagne son client jusqu'à la complète finalisation du crédit.

Quelques enseignes de courtage sur Internet proposent néanmoins la gratuité des frais. Dans ce cas-là l'emprunteur se charge d'aller voir la banque trouvée par le courtier en crédit immobilier et de déposer son dossier. Le courtier ne demande pas d'honoraires mais le client paiera les frais de dossiers à la banque.

Un courtier en crédit immobilier peut parvenir à décrocher un meilleur taux que le simple client d’une banque. « Un courtier en crédit connaît toutes les banques et tous les produits, et ce même à l'échelle des régions », explique le président de l’APIC.

Mais un courtier se place-t-il aussi mieux sur l'assurance de crédit, qui peut représenter jusqu'à 30 % d'un crédit immobilier ? On connaît en effet la réticence des banques à accorder une délégation d'assurance, même si la loi Hamon les y oblige désormais. Or l'assurance groupe d'un banque est généralement moins compétitive que celle proposée par un assureur.

« Un dossier sur trois passe avec une délégation d'assurance chez Cafpi, indique Philippe Taboret, son directeur général adjoint. Nous souhaiterions que ce chiffre atteigne à l'avenir un dossier sur deux. »

Vous avez aimé l'article "Crédit immobilier : comment choisir son courtier ?" ? Partagez le.

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


Credit immobilierEmprunterCourtier