Prix immobilier ancien : trouver les prix du m² dans l'ancien

Prix immobilier paris : Evolution et tendances prix du m2 à Paris

Paris est l’exception française en matière d’immobilier. Comme dans la plupart des capitales internationales, les prix au mètre carré sont très élevés et occupent les sommets en France. De ce fait les primo-accédants modestes ont de réelles difficultés à accéder à la propriété à Paris. Les autres grandes villes de l’Hexagone ont des prix de l'immobilier bien en dessous, aux alentours du tiers des prix de l'immobilier à Paris. Les prix à Paris résistent mieux qu’en province, du fait de la forte demande immobilière. Les disparités de prix sont importantes d’un arrondissement à l’autre. Les indices de prix varient aussi en Ile-de-France, entre Petite et Grande Couronne.

Prix immobilier ile de France et prix au metre carré

Les prix de l'immobilier en Ile-de-France varient selon les départements. Plus ceux-ci s’éloignent de Paris, plus leurs niveaux de prix baissent. On distingue deux zones franciliennes : la Petite Couronne et la Grande Couronne. La Petite Couronne est une zone qui comprend les trois départements limitrophes de la capitale : les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94). La Grande Couronne comprend quatre départements : la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), l’Essonne (91) et le Val-d’Oise (95). Les prix de l'immobilier en Ile-de-France dépendent du dynamisme du marché qui est l'un des plus tendus de l'Hexagone du fait d'une forte demande.

Prix de l'immobilier dans les régions et en province

Les prix de l'immobilier présentent une forte disparité en France. Un fossé sépare le marché de l’immobilier en Ile-de-France et dans le reste de la France. Les prix de l’immobilier varient aussi sensiblement d’une région à une autre. Les capitales régionales voient leurs prix monter du fait d’une forte demande. Les régions rurales tiennent des prix de l’immobilier moins élevés, du fait d’une moindre pression du marché. Il est important de vérifier les prix de l'immobilier régions par régions car il existe des micromarchés immobiliers.  

Baisse des prix de l'immobilier en province

Les prix de l'immobilier en province diffèrent radicalement de ceux de la région francilienne, sans compter le marché parisien. Les prix de l’immobilier varient d'une région à une autre, mais on constate aussi des phénomènes de micromarchés. Le marché immobilier français n’a donc rien d’uniforme et ne place pas sur le même pied d’égalité les acheteurs au regard du pouvoir d’achat. La demande immobilière est forte dans les capitales régionales françaises. On constate une baisse des prix de l'immobilier dans les régions où l’économie décline.

Stagnation des prix de l'immobilier en province

Le niveau des prix de l'immobilier ancien en province varie radicalement de celui de la région francilienne, sans parler du marché parisien. Les prix de l’immobilier diffèrent selon l’attractivité des régions, mais on note aussi sur le territoire des phénomènes de micromarchés. Le marché immobilier français n’est donc pas uniforme et les acquéreurs n’ont pas le même pouvoir d’achat d’une région à une autre. La demande immobilière est forte dans les capitales régionales françaises. On constate une stagnation des prix de l'immobilier dans les régions marquées par l’attentisme des acteurs du marché.

Hausse des prix de l'immobilier dans certaines grande villes

La hausse des prix de l'immobilier s’explique par un phénomène de pénurie de logements, notamment dans les métropoles françaises. Une demande forte qui ne peut être résorbée a tendance à faire monter les prix de l'immobilier dans les grandes villes. Le marché de l’immobilier est généralement haut dans l’hyper-centre des grandes agglomérations. En effet celui-ci intéresse à la fois les investisseurs et les acheteurs en quête d’une résidence principale proche de toutes les commodités (loisirs, écoles, transports).

Bulle immobilière: un krach ou pas à paris?

Les prix de l'immobilier en France sont considérés comme surévalués. Ils n’ont cessé de monter depuis le début des années 2000, c’est par exemple le cas à Paris où les prix atteignent les 8 000 €/m2 en 2013-2014. Certains analystes prédisent une baisse des prix à Paris mais lente, ce qui écarterait tout risque d’éclatement de bulle immobilière. La hausse des prix de l’immobilier à Paris a eu pour effet de repousser les primo-accédants dans les départements limitrophes où les prix de l’immobilier sont moins élevés, notamment en Grande Couronne.

Marché immobilier : prix, tendances et évolution

Le marché de l'immobilier est fluctuant car étroitement dépendant du pouvoir d’achat des ménages et de la conjoncture économique nationale. Des prix de l’immobilier trop élevés, que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, ont tendance à gripper le marché, en diminuant les volumes de vente. Le marché de l’immobilier se caractérise par des tendances sur les volumes, mais aussi sur le prix. On parle de marché immobilier à la hausse ou à la baisse, selon le mouvement des prix. Les prix de l'immobilier sont tributaires de la loi de l’offre et de la demande et varient d’une région française à une autre.

Articles connexes :

Prix immobilier › Prix immobilier ancien