Projet de loi Duflot : la Fnaim défend les professions de l?immobilier

Projet de loi Duflot : la Fnaim défend les professions de l?immobilier
« Frustré », c’est le terme qui résume la position de la Fnaim sur le projet de loi Logement et Urbanisme préparé par la ministre Cécile Duflot. Par la voix de son président, Jean-François Buet, la Fédération nationale de l’immobilier affiche son mécontentement au regard d’un volet de cette loi, qui consiste à réformer certaines pratiques des professionnels et des agences immobilières. Le président de la Fnaim dénonce en fait une tendance qui consiste, en « stigmatisant tous les acteurs » d’une profession, à jeter par là même « l’opprobre » sur elle. « Les professionnels de l’immobilier sont en colère », renchérit Jean-François Buet. Pourtant, le président de la Fnaim reconnaît que la ministre a intégré dans sa loi les propositions qu’elle a faite pour encadrer et contrôler la profession. Une profession qui, il faut bien le dire, n’a pas toujours la meilleure presse auprès des consommateurs.

La Fnaim se félicite ainsi d’un certain nombre de mesures qui vont à l’avenir encadrer l’exercice des professionnels de l’immobilier. Un Conseil national de la transaction et de la gestion immobilière va ainsi voir le jour, mais aussi une carte S pour les syndics. Autre évolution attendue de la profession : l’instauration d’une obligation de formation et l’exigence d’une Responsabilité civile professionnelle pour les agents commerciaux. Aucune obligation n’existe en effet pour le moment en la matière, la RCP de l’agent IMMOBILIER mandant s’appliquant en la matière.

Une majorité de Français privilégient les services des agents immobiliers

Selon néanmoins une étude réalisée par le réseau d’agences Guy Hoquet, en partenariat avec l’Institut CSA, une majorité de Français privilégient les services des agents immobiliers pour mener à bien une transaction immobilière. Une personne sur deux déclare ainsi consulter en premier lieu les vitrines des agences immobilières dans le cadre d’un projet de logement. Les agences immobilières qui ont pignon sur rue devancent ainsi les petites annonces ou les sites Internet des agences pour la vente d’un bien. Une certitude pour la responsable d’une agence immobilière dans l’Orne qui vient de créer un second point d’accueil où elle reçoit une clientèle essentiellement locale. Elle estime qu’un local commercial a pour effet de « rassurer la clientèle » qui fait appel à ses services pour sa « connaissances du marché ».  

Alors pourquoi une telle suspicion sur les pratiques des agents immobiliers ? Le marché s’étant durcit, les marges des agences, voire même pour les plus fragiles leur survie, sont en jeu. Une situation qui fait suite à la pléthore de créations d’agences aux belles heures du marché immobilier voilà quelques années. Il est évident que la qualité des prestations n’est pas systématiquement au rendez-vous. La qualité, c’est le maître-mot du créateur du guide Couder qui rassemble les meilleures agences immobilières et les classe à la manière du guide Michelin. René-Michel Couder défend « la notion de qualité » qui selon lui doit être le critère premier de toute agence immobilière. « Il faut satisfaire la clientèle, toute la clientèle », rappelle le fondateur du guide lancé en 2006 et qui répertorie 400 agences en France. Un point de vue partagé par la créatrice d’une agence immobilière dans l’Aveyron qui confie se fixer des limites en termes de nombre de mandats rentrés. « Accumuler les mandats de vente signifie privilégier la quantité à la qualité, ce qui n'est pas ma politique commerciale », défend-t-elle.

Vous avez aimé l'article "Projet de loi Duflot : la Fnaim défend les professions de l?immobilier" ? Partagez le.

Les réactions

user lesclesdumidi
Par jupiter - le 25 juin 2013 - 18:38:14
Bonjour,
Je suis moi aussi agent immobilier et j'en ai moi aussi plus qu'assez des commentaires ministeriels ou journalistiques sur la profession par des gens qui manifestement n'ont aucune connaissance pratique de la vie d'une agence immobilière.
La démagogie de nos gouvernants comme de la presse consiste à nous servir en permanence un discours larmoyant sur les déboires de pauvres propriétaires ou locataires victimes d'agents immobiliers incompétents, profiteurs quand ce n'est pas escrocs.

Mais se permet on de faire de la publicité sur "0 avocat" comme il est fait sur les agences immobilières; la même proportion d'escrocs, de profiteurs, d'incompétents ou d'incultes, existe chez les banquiers, les avocats ou dans le notariat; mais le gouvernement encourage-t-il qui que ce soit à se passer des services d'une banque, d'un avocat ou d'un notaire?? Louer ou vendre un appartement ne prend pas que les quelques minutes consacrées à sa visite, ce serait réduire celui d'un avocat uniquement à son temps de plaidoirie!!!
Rechercher des biens, s'assurer de la possibilité de leur aliénation comme de leur contenu réel,les mettre en adéquation avec un demandeur dont on s'assure qu'il peut effectivement s'en porter acquéreur et qui souvent s'entoure de nombreux conseillers dont les avis sont contradictoires, finaliser l'accord en s'assurant de tous les éléments juridiques nécessaires à un bon achèvement de la transaction nécessite beaucoup de temps et ne se limite pas à un travail de 35h par jour.
Nous sommes contrôlés et fortement critiqués pour nos pratiques mais s'émeut on des pratiques des particuliers qui proposent en permanence des biens qui en fait ne sont pas à vendre avec des annonces mensongères et sans même connaître vraiment le contenu de ce qu'ils vendent(défaut de diagnostics, défaut de procès verbaux de copropriété.., méconnaissance des charges.....etc),quand ils ne savent même pas qu'ils ne sont pas à même de vendre seuls le bien qu'ils mettent en vente!!!
Il en est de même des propriétaires locataires qui estimeraient le plus souvent normal de ne pas payer d'honoraires du tout, le service étant selon eux uniquement rendu au locataire!!! dont il faut souvent contrôler ce qu'ils louent en termes de sécurité électrique ou de décence sinon....et sont la plupart du temps très étonnés des diagnostics que l'on exige!

Les honoraires des agents immobiliers sont souvent considérés comme pharaoniques et Mme Duflot souhaite les réduire.
C'est prendre le problème par le mauvais bout, si le marché du particulier était davantage règlementé, le passage par un professionnel du secteur, certes dûment formé et contrôlé, rendu de ce fait quasiment obligatoire, l'extension du marché permettrait aux agences immobilières de vivre avec des honoraires beaucoup plus faibles (1à2%comme aux Etats Unis) et tout le monde y trouverait son compte. Le client qui serait déchargé d'un poids et l'agence qui serait sûre de pouvoir vivre correctement sans lutter contre un marché parallèle non règlementé!!

De grâce, un peu moins de démagogie et un peu plus de réalisme quant au fonctionnement du marché immobilier !!!!





























user lesclesdumidi
Par syndic pro - le 19 juin 2013 - 21:49:16
Bien qu'étant solidaire des actions menées par les fédérations que sont la FNAIM et l'UNIS pour défendre nos métiers notamment celui de syndic de copropriété, je pense que nos fédérations ont raté l'occasion de valoriser le métier de syndic en écartant l'idée de la création d'un ordre des syndics de copropriétés et en privilégiant la défense du compte bancaire unique.
user lesclesdumidi
Par pca2 - le 18 juin 2013 - 17:49:12
Bonjour, étant moi-même professionnelle de l'immobilier je trouve cela révoltant qu'une personne n'ayant même jamais fait d'immobilier prenne des mesures aussi drastiques ! En effet pourquoi l'activité du marché locatif devrait-elle devenir quasiment gratuite?! Quelle personne normalement constituée choisit de faire des études pour un travail non lucratif. Si le consommateur considère que les prestations de services sont abusives, ils sont toujours libres de ne pas passer par les agences immobilières. Rappelons tout de même qu'il y a beaucoup plus d'abus en passant directement par les propriétaires bailleurs que par le biais des professionnels(dépôt de garantie trop lourd, paiement des loyers en avance, manque des diagnostics obligatoires...etc). En conclusion, je pense sincèrement que toutes ces dispositions visent à faire disparaître notre métier..

Les news de l'immobilier en direct

> Créez votre alerte mail et recevez immédiatement les derniers articles des Cles du Midi dès qu'ils seront publiés sur le site.


ImmobilierProfessionnels immobilierSyndicats immobiliersFnaimChiffres